Global  

Celebrating 10 Years of Trusted News Discovery
One News Page
> >

Fibrillation auriculaire et prévention des accidents cérébrovasculaires - Institut de cardiologie de Montréal

Video Credit: HealthChoicesFirst - Duration: 04:27s - Published < > Embed
Fibrillation auriculaire et prévention des accidents cérébrovasculaires - Institut de cardiologie de Montréal

Fibrillation auriculaire et prévention des accidents cérébrovasculaires - Institut de cardiologie de Montréal

La Dr Lena Rivard, MD, FRCP, cardiologue - électrophysiologiste, parle de la fibrillation auriculaire et de la prévention des accidents vasculaires cérébraux.

0
shares
ShareTweetSavePostSend
 

Fibrillation auriculaire et prévention des accidents cérébrovasculaires - Institut de cardiologie de Montréal

La Dr Lena Rivard, MD, FRCP, cardiologue -électrophysiologiste - Institut de cardiologie de Montréal Durée: 4:27 La fibrillation auriculaire est le trouble du rythme cardiaque le plus fréquent au monde.

Lors de la fibrillation auriculaire, les oreillettes se contractent de façon désordonnée et très rapide.

Les oreillettes sont les cavités supérieures du cœur.

Chez certains patients cela peut donner des douleurs thoraciques, des difficultés à respirer et des palpitations mais d’autres patients ne ressentent absolument aucun symptôme.

Il y a plusieurs facteurs de risque associés à la fibrillation auriculaire qui augmentent votre risque d’en faire pendant votre vie comme par exemple, si vos parents, vos frères et sœurs ont déjà fait de la fibrillation auriculaire, si vous avez de la haute pression, si vous êtes plus âgé, si vous avez du diabète et faites de l’apnée du sommeil.

Tout cela augmente le risque de faire une fibrillation auriculaire pourtant certains patients n’ont absolument aucun risque et aucune fibrillation auriculaire dans la famille mais vont pourtant avoir cette maladie.

La fibrillation auriculaire est associée à une augmentation du risque d’accident vasculaire cérébral.

La fibrillation auriculaire est une contraction complètement désorganisée des cavités supérieures du cœur.

Le flux sanguin se fait moins bien, il y a une stagnation du sang qui peut faire des caillots et peuvent se déplacer malheureusement n’importe où dans le corps et dans le cerveau, c’est alors l’accident vasculaire cérébral.

Lors d’un accident vasculaire cérébral, vous avez une occlusion d’une petite artère cérébrale qui provoque un infarctus au niveau du cerveau.

L’accident vasculaire cérébral c’est quoi ?

C’est une condition qui peut donner un trouble de l’élocution, vous n’arrivez pas à parler ou vous utilisez le mauvais mot.

Cela peut donner aussi un trouble moteur qui vous empêche de bouger votre jambe ou votre bras.

Quand cela régresse en quelques heures, c’est un accident ischémique transitoire mais quand les symptômes durent plus de 24 heures, c’est un accident vasculaire cérébral.

Le CHADS-65 est utilisé pour évaluer le niveau de risque d’accident vasculaire cérébral chez certains patients avec une fibrillation auriculaire.

Le CHADS-65 comprend des critères comme l’insuffisance cardiaque, l’hypertension artérielle, le diabète, des antécédents d’accident vasculaire cérébral ou d’accident ischémique transitoire et un âge supérieur à 65 ans.

Pourquoi supérieur à 65 ans ?

À partir de cet âge, le risque d’accident vasculaire cérébral augmente de manière significative et justifie la mise en place des traitements.

Avec le score du CHADS-65, la présence d’un de ces facteurs de risque nous indique qu’il faut débuter un traitement anticoagulant.

L’âge de 65 ans définit l’âge à partir duquel le niveau de risque d’accident vasculaire cérébral est plus élevé.

Quand le patient possède un des facteurs de risque associés à une augmentation du risque d’accident vasculaire cérébral, c’est une indication de traitement anticoagulant.

Le traitement anticoagulant peut être aussi bien le Coumadin que l’un des nouveaux anticoagulants avec une ou deux prises par jour.

Il est essentiel pour le patient de prendre les médicaments tels qu’ils sont prescrits.

Si le médicament doit être pris deux fois par jour, il faut vraiment le prendre deux fois par jour et non pas une fois, pour diminuer le risque d’accident vasculaire cérébral.

Si le patient oublie une prise, il faut contacter son médecin ou son pharmacien pour décider des modifications apportées à son traitement.

Les patients de moins de 65 ans sans facteurs de risque qui ont une maladie vasculaire, vont avoir un traitement par anti plaquettaire, c’est-à-dire généralement de l’aspirine.

Pour les patients de moins de 65 ans sans maladie vasculaire et sans facteurs de risque mentionnés, il n’y a aucune indication à prendre un traitement anticoagulant.

Au Canada, on est en train de faire une étude (étude Brenner) pour savoir si les moins de 65 ans doivent prendre ou non un traitement anticoagulant pour les protéger mais c’est une étude de recherche et selon les recommandations actuelles hors protocole de recherche, aucun traitement n’est nécessaire.

Si vous avez de la fibrillation auriculaire et que vous avez la moindre question, vous pouvez parler à votre médecin de famille, votre cardiologue, ou consulter une clinique de fibrillation auriculaire spécialisée.

L’étude Brenner est canadienne et se questionne l’administration précoce d’un traitement anticoagulant chez les patients 65 ans et moins sans facteur de risque d’accident vasculaire cérébraux.

Chez ces patients, il n’y a pas d’indication actuelle à donner un traitement anticoagulant sauf s’il y a une maladie vasculaire qui nécessitera un traitement par aspirine.

On évalue les jeunes patients avec fibrillation auriculaire en les traitant avec un anticoagulant à petite dose versus le traitement standard comme un placebo ou l’aspirine.

Le but de l’étude est de savoir si débuter une anticoagulation plus tôt est utile aux patients atteints de fibrillation auriculaire pour les protéger contre le risque d’accident vasculaire cérébral.

Si vous avez 65 ans et moins sans aucun des facteurs de risque mentionnés, pas d’insuffisance cardiaque, pas d’hypertension artérielle, pas de diabète ou d’accident vasculaire cérébral antécédent et que vous voulez participer à l’étude Brenner, vous pouvez en parler à votre cardiologue, pour qu’il vous réfère au site le plus près de chez vous.




You Might Like

Environmentally friendly: One News Page is hosted on servers powered solely by renewable energy
© 2019 One News Page Ltd. All Rights Reserved.
About us  |  Contact us  |  Disclaimer  |  Press Room  |  Terms & Conditions  |  Content Accreditation
 RSS  |  News for my Website  |  Free news search widget  |  In the News  |  DMCA / Content Removal  |  Privacy & Data Protection Policy
How are we doing? FeedbackSend us your feedback  |   LIKE us on Facebook   FOLLOW us on Twitter  •  FOLLOW us on Pinterest
One News® is a registered trademark of One News Page Ltd.